Quand je me suis engagée il y a plus d’un an à accompagner d’autres femmes sur la voie de la santé menstruelle et du féminin sacré, je n’imaginais pas à quel point cela aurait autant d’impact sur ma propre guérison.

Fast forward…

Physiquement, j’ai mes règles, un cycle relativement régulier bien qu’encore long, un flow observable même s’il n’est pas encore redevenu tel que j’ai pu le connaître avant l’apparition de mon trouble hormonal il y a 10 ans.

Mais plus que ça, j’ai exploré les blessures de mes ancêtres, femmes esclaves africaines, amérindiennes exploitées, épouses de côlons complices ou indiennes exilées. Plus proches encore, j’ai revisité l’histoire des femmes de ma familles, celles que je connais, celles dont on m’a parlé pour comprendre ce dont j’avais pu hériter d’elles, ce qu’elles m’avaient appris, de quels schémas je pouvais choisir de m’éloigner ou les forces que je pouvais intégrer.

Mon corps et moi avons fait la paix, je prends soin de lui, j’équilibre entre plaisirs (sans culpabilité) et alimentation adaptée à mes besoins. J’ai aussi réappris à le regarder avec plaisir, à me réapproprier sa beauté unique et sa force.

J’ai réclamé mon droit au plaisir, à une sexualité épanouie faite de curiosité, de joie et d’exploration. Je l’ai fait pour moi et pour mon partenaire.

J’ai repris ma place dans les relations, refusant de subir, imposant mon opinion, présente pour mes proches, m’éloignant des pompes à énergie. En m’exprimant, j’ai autorisé les autres à le faire en toute authenticité. Mes amitiés sont plus profondes, mon amour est plus puissant. Je suis vulnérable et j’accueille la vulnérabilité des autres.

J’ai autorisé mon enfant intérieure à réalisé ses désirs de mouvement, de liberté, de découverte. J’ai laissé ma créativité couler pour l’offrir au monde.

J’ai accepté ma multiplicité et depuis j’intègre chaque parcelle de moi que je peux reconquérir dans ma vie, dans mon travail.

Je fais en sorte d’être une personne authentique, honnête.

J’ai appris à gérer mon énergie, profiter des pleins comme des vides, honorer le repos nécessaire avant le renouveau.

J’ai regardé mes ombres, je les ai acceptées et j’ai vu que ma colère pouvait être un outil puissant de transformation, que mon égoïsme n’était parfois que de la préservation et une énergie nécessaire pour avancer dans les projets qui me tiennent à cœur, que ma sélectivité dans mes relations étaient juste car mon intuition était très fiable, que mes mots sans complaisance étaient toujours plein de bienveillance.

J’ai accueilli une grande femme, avec sa vulnérabilité et ses forces, ses désirs et ses ambitions, une femme qui veut changer le monde à sa façon, en étant aux côtés d’autres femmes actrices du changement. Une femme qui veut laisser une trace, être une ancêtre honorable.

C’est l’effet de Lune Noire – initiation, de tout le travail que cela me demande sur moi et pour les femmes que j’accompagne. Ce travail a bien sûr commencé avant de concrétiser ce projet mais j’ai vu une accélération cette année notable du processus. Je ne peux pas prôner quelque chose que je n’incarne pas, que je ne vis pas, que je ne suis pas. Alors je t’invite toi aussi à lever le voile sur toutes les parties de toi que tu veux explorer, libérer, accueillir. En 4 mois, au sein du cercle que l’on formera, tu seras soutenues pour entamer la marche vers la grande femme que tu es. Et après, cela ne s’arrêtera plus !

Alors toi aussi rejoins ces femmes en quête de leur pleine puissance. Tu découvriras le potentiel de ton cycle mais aussi comment le rééquilibrer. Ensemble, nous passerons les portes de l’initiation qui t’amènera à être pleinement toi, sans crainte ni honte ! Une femme debout, prête à agir dans le monde car le monde a besoin de toi !!
Découvre Lune Noire – initiation !