22.08.19 (4 mois avant la fin de la civilisation capitaliste peut-être…)

Chère Terre-Mère,

Aujourd’hui, je ne veux pas prier.
Aujourd’hui, je ne veux pas pleurer.
Aujourd’hui, je ne veux pas rester sans rien faire.

Je me sens si impuissante. Je voudrais agir, poser une action forte. Je ne sais pas pourquoi je crois que c’est à moi de trouver une solution mais, pourtant c’est cette responsabilité que je ressens. N’est-ce pas celle que chacun de tes enfants devrait ressentir ?

Je voudrais alerter, je voudrais que chacun ouvre les yeux, que mes proches à leur tour soient conscient des changements nécessaires, que nos gouvernants réalisent ce qu’ils autorisent pour l’argent, le dogme de la croissance et du capitalisme.

Je voudrais pouvoir voler à ton secours et faire barrière contre ceux qui t’attaquent, faire plus que mes gestes quotidiens, quitter le confort de ma vie pour ne plus contribuer à tout ce qui te fait souffrir. Je voudrais être extrême parce que je sens bien qu’aujourd’hui, il n’y a plus le temps de prendre des pincettes.

Ici où je vis, je me sens moins connectée à toi. Les villes bétonnées, les supermarchés qui débordent et l’argent qui permet de faire venir tout à soi sans effort font parfois oublier que tout ce que l’on a nous vient de Toi. Chaque chose que je consomme, que j’achète, que j’utilise, c’est de toi qu’elle provient. Et, chaque fois que je m’en vais mettre ce qu’il en reste à la poubelle, c’est à toi que ça repart. Ce cycle est à peine perceptible ici car je ne vois pas les montagnes de déchets, les chiffonniers, les animaux marins asphyxiés. Je vois des photos, des images et elles sont si nombreuses que je finis par m’endurcir pour supporter ses visions.

Hier, on s’est tous réveillés. Un soubresaut qui durera peut-être quelques semaines sans doute. Nous t’avons vu brûler, tes poumons enflammés et nous savons bien que cela aura des conséquences pour nous. Mais cela fait des semaines, des mois, des années que tu brûles alors combien de temps durera cet éveil ? Sera-t-il suffisant pour que nous passions à l’action ?

Des actions, quelles actions ?

Des actions quotidiennes car je crois encore que si chacun de nous fait sa part, nous pourrons limiter la casse : une alimentation majoritairement végétale (si on défriche c’est pour la viande, la produire, la nourrir), des productions locales (l’avocat ne pousse pas en France désolée), limiter les achats inutiles, recycler et préférer des productions durables et recyclées (les carnets paperchase et le nutella on repassera !), planter et pourquoi même produire notre propre alimentation…

Je veux en faire plus !

Et puis des actions importantes comme voter, s’engager, manifester. Pas CONTRE la fin du monde ou le pouvoir en place mais POUR porter une vision neuve, une vision d’espoir, d’union et de résilience. Parce qu’il n’est pas trop tard, parce qu’il n’y a qu’une seule planète sur laquelle vivre et qu’elle mérite que l’on se batte POUR elle.

Je veux en être !

D’autres actions sont possibles : soutenir des ONG, soutenir la production autochtone dans les territoires touchés par exemple. Depuis hier, des noms apparaissent clairement comme Amazon Watch, Rainforest Trust, WWF, Planète Amazone, … espérons que nous ne les oublierons pas dans une semaine…

Je veux contribuer !

Et puis, hier alors que je me demandais quoi faire de plus, j’ai reçu cet appel à rassembler un conseil. Un conseil de matriarches, un conseil de nouvelles ancêtres qui comme moi transmettent pour que nous soyons responsables les unes des autres, pour nous soutenir, pour grandir ensemble et pouvoir agir plus fort et sans peur. Un conseil qui permettrait d’affiner la vision, la nourrir pour ne pas oublier quand chaque jour apporte son lot de catastrophes et de démotivation.

Dans quelques mois, je serai plus proche de toi chère Terre-Mère, de retour sur mon île. Je sais que déjà le travail m’appelle et que je saurai trouver où tu attends que je m’engage. Je n’ai pas peur et je n’ai pas l’intention de me défiler. Mais je ne suis pas seule, je ne veux pas l’être ! Nous avons toutes besoin de le savoir, de le sentir, de nous réunir. Alors je lance un appel pour créer ce Conseil des Nouvelles Ancêtres, des femmes qui veulent prendre leur responsabilité et qui se sentent prêtent à agir dans la société, qui le font déjà.

SOIL . SOUL . SOCIETY – je fais mienne cette trilogie de l’harmonie que prône Satish Kumar : une humanité consciente pour des sociétés nouvelles et une Terre protégée. Retrouvons nos places de gardien.ne.s de la Terre, des Eaux et du Vivant.

Si tu ressens cet appel à rejoindre les Nouvelles ancêtres, écris-moi pour en savoir plus. Ensemble nous ferons tellement plus pour notre Planète et pour le féminin !!